Évolution humaine contemporaine, conflits génétiques, et la malédiction maternelle ! (2018)






L'humain d'aujourd'hui est façonné par son histoire évolutive, l'histoire de ses ancêtres confrontés à une multitude d'environnements différents génération après génération. Cela ne fait aujourd'hui plus aucun doute.

Mais quand est il de notre évolution contemporaine ? Évolue t-on encore ? Dans quelles directions ?

La génétique quantitative dispose aujourd'hui de nouveaux outils pour tenter de répondre à ces questions. Ces méthodes nécessitent cependant une quantité et une qualité de données (généalogiques, phénotypique, voire génétiques) souvent difficiles à obtenir.
Le Québec dispose dans ce contexte d'un atout exceptionnel : une base de donnée généalogique unique remontant à la fondation de la "Nouvelle France" par les européens au 16 ème siècle, doublée depuis peu de données génétiques concernant plusieurs milliers d'individus contemporains connectés à cette généalogie.

C'est pour cette raison, et pour acquérir une expérience approfondie en génétique quantitative, que j'ai rejoins depuis le 15 janvier 2018 l'Université du Québec à Trois-Rivières, et l'équipe de génétique des population menée par Emmanuel Milot.

J'y étudierai des questions variées impliquant notamment les conflits génétiques entre sexes qui résultent de la transmission uniquement maternelle d'une partie de l'ADN (l'ADN mitochondrial), et leurs conséquences évolutives. C'est ce qu'on appelle la "malédiction maternelle" ("mother's curse" en anglais): comme l'ADN mitochondrial ne se transmet que par les femmes, il pourrait ne pas y avoir de sélection contre des allèles qui sont délétères uniquement pour les hommes. Cela pourrait notamment participer à expliquer la différence d'espérance de vie entre les hommes et les femmes. Pourtant, ce mécanisme assez intuitif peine à être mis en évidence avec des données empiriques.. peut-être est il compensé par d'autres mécanismes ? L'exceptionnelle richesse des données généalogiques et génétiques du Québec nous offre une occasion unique d'en savoir plus...

À suivre !

Affaire à suivre !



Commentaires