Master et stages en biologie évolutive (2008 - 2010)


C'est en septembre 2008 que j'ai quitté ma Corse natale pour rejoindre Montpellier,
ma ville de coeur !



                               



J'y ai effectué un Master en biologie de l'évolution, qui a débouché sur une mention très bien et une place de major de promotion dont j'avoue être très fière !

C'est aussi à cette occasion que j'ai vraiment découvert la biologie évolutive, devenue une passion. Et particulièrement la biologie évolutive humaine, grâce aux enseignements de Michel Raymond, directeur de recherche CNRS avec qui je devais co-écrire un papier 7 ans plus tard !


-------------------------------------------------------------------------------------------------------


En plus d'une solide formation en biologie de l'évolution, des populations, en écologie comportementale et évolutive, génétique, statistiques et quelques autres domaines passionnants, ce master m'a donné l'occasion d'effectuer deux nouveaux stages:


En 2009:





C'est sur les traces de Marcel Lambrechts, professeur et un peu philosophe à ses heures perdues, que j'ai arpenté de jour et de nuit le bois de la Rouvière, près de Montpellier, pour un suivi scientifique de la population de mésanges bleues Cyanistes caeruleus qui y réside.

Mon travail a surtout porté sur l'évolution de la construction du nid chez cette espèce. En effet, les caractéristiques du site de reproduction influencent fortement le succès reproducteur des êtres vivants. Par l’analyse statistique (modèle mixtes, pour les connaisseurs) de 30 ans de données récoltées, j’ai montré un effet significatif de la taille du nid sur le succès reproducteur.

Autrement dit, j'ai montré qu'un nid plus haut (la hauteur de la coupe, pas la hauteur par rapport au sol) augmente la probabilité de survie et d'envol des petits !

Et cela m'a permis d'être enfin co-auteur de mon premier article !!!


Lambrechts, M. M., Aimé, C., Midamegbe, A., Galan, M. J., Perret, P., Grégoire, A., & Doutrelant, C. (2012). Nest size and breeding success in first and replacement clutches: an experimental study in Blue Tits Cyanistes caeruleus. Journal of Ornithology153(1), 173-179.

(Moins sérieusement, je crois que le moment ou une collègue que je ne citerai pas, marchant sous les arbres, une batterie de voiture dans une main et une antenne dans l'autre en plein orage, m'a dit "C'est pour la science !", restera gravé dans mon esprit à tout jamais !)


En 2010:



               


Cette fois-ci, c'est en compagnie du Pr Fabrice Roux et de Benjamin Brachi que j'ai pu réaliser une expérience d'évolution expérimentale en serre avec 6000 individus (quatre générations) d’Arabidopsis thaliana (une petite brassicacée), afin d’étudier l'évolution des traits phénologiques des plantes en conditions de stress (stress hydrique ou compétition intra-spécifique intense).

En d'autres termes, nous avons planté et observé 6000 plantes durant chaque étape de leur cycle de vie, du semi à la fanaison, afin de comprendre les effets de conditions défavorables (manque d'eau ou d'une densité importante de plante sur une petite surface) sur les plantes et comment ceux-ci affectent les populations végétales sur plusieurs générations.

Les nombreuses heures passées en serre ont porté leurs fruits, puisque ce travail a également donné lieu à une publication:

Brachi B*, Aimé C*, et al., 2011. Adaptive value of phenological traits in Arabidopsis thaliana in stressful environments: direct estimation of fitness and laboratory natural selection. Plos one. *Contribution égale.




Commentaires